Le travail, égalité des sexes?

Je n’ai pas pour habitude de vous parler de mon job. Mais ce soir, j’ai besoin de coucher sur le papier mon ressenti et ma colère. Comme vous le savez, je suis éducatrice spécialisée et je travaille auprès de jeunes ados placés par le juge.

Au boulot, nous ne sommes que 3 femmes, bientôt plus que 2 sur une équipe de 10 professionnels. D’ailleurs, même parmi les jeunes, il n’y a qu’une seule fille. Autant dire que je travaille dans un univers essentiellement masculin.

Travailler avec des hommes ne me déplaît pas. J’aime avoir de gros bras autour de moi pour m’aider là où je peux faillir : les épreuves de force. Ces dernières peuvent être assez récurrentes et ce n’est pas avec mon absence de muscle que je vais maîtriser un gaillard de 90 kilos! J’aime aussi pouvoir parler à des mecs, avoir leur point de vue masculin sur certaines situations,  j’aime leur franc parlé, leur absence de pudeur parfois….

Ce que je n’aime pas, c’est quand je me sens mise de côté parce que je suis une fille. Que des collègues ne veulent pas de moi à la salle de muscu parce que je n’y connais rien ( ce qui n’est pas à 100% juste d’ailleurs), que le chef de service ne me laisse pas le bénéfice du doute et ne m’écoute pas à cause de mon sexe.Sentir que je suis le sexe « faible » me révolte.

Parce que ces derniers temps, il se passe des choses pas cool du tout au boulot. Parce que le chef m’écarte volontairement en ne me permettant pas d’avoir des responsabilités, en me faisant travailler moins que ce que je devrais, quitte à me mettre en déficit d’heures à l’année. Parce que ce même chef accorde plus de crédits aux hommes qu’aux femmes. Et là, moi, j’ai du mal à le digérer.

Je suis jeune ( 25 ans), je suis fraîchement diplômée ( depuis pas 2 ans), je suis nouvelle dans la boîte ( 1 an), je suis fine, je n’ai pas de force, j’ai été très stressée dans mes débuts, quitte à ne pas être au mieux dans mes relations avec les jeunes. J’ai fait des boulettes, j’ai dit des conneries, mais j’apprends. Je ne demande que ça mais on me freine.

Et le pire dans tout ça? Je ne peux rien y faire. La boîte ( le siège disons) est bien plus forte que moi. Les cadres sont tous couverts et recouverts malgré leurs conneries. Ils ont le bras long ces gens, vous savez! C’est horrifiant.
Même si j’allais me plaindre auprès des syndicats, rien n’y ferait puisqu’ils sont corrompus.

Alors, je peux vous dire que la réalité du métier, du travail en général, lorsque l’on est une femme n’est pas tout rose. Loin de là.

Tant que nos supérieurs seront misogynes, machos, sexistes, les femmes ont encore de sacrés mauvais jours devant elles. Et ils sont plus nombreux qu’on le croit. De plus, ils savent faire en sorte que l’on les croit presque féministes! Sont forts ces gens!

Quand je vis ce genre de situation, je pense à mon fils. Je jure que je ferai tout ce dont je suis capable pour que mon fils ne devienne pas un de ces cons. Je ferai tout ce que je peux pour qu’il soit tolérant et tout sauf sexiste et misogyne. Je promets que je mettrai tout mon coeur pour qu’il voie les femmes telles qu’elles sont, avec leurs qualités et leurs défauts, tout comme les hommes. Je ne suis pas féministe, loin de là, mais je suis pour l’égalité des sexes au maximum. Et j’espère que mon fils sera capable de comprendre cela!

Nous avons encore du boulot les filles pour faire valoir nos droits. Je n’aurais jamais pensé vivre des choses pareilles, et pourtant…

Alors  à toutes celles qui sont dans cette situation, à toutes celles qui vivent ça au quotidien que ce soit au boulot ou à la maison. A toutes les femmes : soyons fortes!!! Prouvons leur qu’on vaut autant que les hommes!! Et faisons les fermer leur grande gueule à tout ces cons!!!!

20160129_134709

❤ ❤