Menus de la semaine

Depuis que j’ai mon cookéo, les idées fusent et les plats aussi! Du coup, je passe ma vie au supermarché et le compte en banque n’est pas vraiment très fan!!!
Du coup, pour remédier à ça, j’ai décidé de faire des menus pour la semaine et de m’y tenir!!!

Pour cette première semaine de menu, j’ai décidé de faire des menus avec uniquement les ingrédients que j’ai sous le coude, pour ne pas avoir à retourner en courses!!

menus-deux-semaines

 

Et voici notre programme alimentaire pour les 10 prochains jours!!

Si mes calculs sont bons, je ne devrais pas retourner en courses avant la semaine prochaine! Ma carte bleue va vite me remercie je pense!!! Et toutes les économies me serviront à me faire un peu plus plaisir à côté !! ( vive le shopping!!!! )

 

Et vous, faites-vous des menus? Avez-vous des idées chouettes de repas qui changent de l’ordinaire??

 

Bienveillance, ou laxisme?

 

Énormément de gens pensent que les parents bienveillants sont des parents laxistes. D’ailleurs, une remarque d’une amie facebook sur un statut que j’avais publié en rapport avec l’abandon de la loi contre les violences faites aux enfants m’a fait tiquer.

Voici le commentaire en question :

ecran bienveillance.png

Lorsque j’ai lu « ah ben forcément quand on laisse tout passer et qu’on corrige jamais son gamin, il fait n’importe quoi parce qu’il pense que tout est permis! » , j’ai compris qu’on ne parlait pas du tout de la même chose. En fait, c’est ce qui s’appelle un amalgame, un quiproquo.

Elle parlait de laxisme et moi, de bienveillance. Or les deux sont différents. Pour vous le montrer, je vais vous proposer une petite comparaison sur des choses très simples et concrètes.

tableau-bienveillance

Une éducation laxiste relèvera d’une démission des parents. En effet, ceux-ci laissent bien souvent les enfants être livrés à eux-mêmes. Ces derniers évoluent alors sans repères stables , dans un environnement insécure.

La bienveillance est presque son contraire. Ce mode d’éducation induit un respect des besoins fondamentaux des enfants, un accompagnement positif adapté et surtout, la création d’une relation de confiance d’égal à égal entre l’adulte et l’enfant. La bienveillance n’exclut pas, comme on l’entend souvent, les règles, les limites et les frustrations. En effet, les enfants ne sont pas livrés à eux même en ayant tous les droits. Ils sont accompagnés positivement afin que les règles les plus importantes soient respectées et intégrées.
Ces limites, règles et frustrations doivent être sujettes à un tri en fonction de leur importance , mais elles existent bel et bien! N’en déplaisent à certains farouchement opposés 🙂

L’éducation laxiste, qui n’est pas vraiment une forme d’éducation finalement laisse les enfants livrés à eux-mêmes, sans aucun cadre, sans réponse aux besoins fondamentaux, sans prise en considération les peurs, les envies, les angoisses des enfants.

Alors une maman qui laisse faire quelque chose à son enfant, comme monter ou descendre les escaliers, sauter dans la boue, se rouler dans l’herbe mouillée ou que sais-je encore, il ne s’agit pas forcément de laxisme, bien au contraire. L’enfant a besoin de découvrir son monde et en lui permettant de le faire, on lui permet d’explorer de nouveaux horizons, de nouvelles sensations etc..

N’oubliez pas, les enfants élevés dans la bienveillance ont des limites et des règles. Leurs parents font tout pour leur apporter un cadre de vie sécurisant mais également intéressant et stimulant pour eux. La bienveillance, c’est assurer la sécurité affective, physique, psychologique de l’enfant.

S’il vous plait, stop les amalgames! Un enfant élevé dans la bienveillance n’est pas un enfant roi, il est juste un enfant à la même hauteur que son ou ses parents, un être humain à part entière et il sera traité comme nous voudrions l’être en tant qu’adulte!

Et vous, vous en pensez quoi??