Ca ira mieux…

Voilà plus de 10 mois que Bébé s’est introduit dans notre vie. Plus de 10 mois qu’il fait partie de notre quotidien.

Quotidien qui n’est pas tous les jours faciles, loin de là. Parce qu’on ne m’avait pas dit avant de me lancer dans cette folle aventure, oh combien elle pouvait être compliquée!

11825763_10207235330100593_4097164941029294399_n

Parce que mon fils est mon plus grand bonheur mais aussi la plus grande source d’angoisse, de stress, de culpabilité. Ma plus grande source de doutes également.

Quand, à ses premiers jours de vie, il pleurait, je stressais, je doutais.
Quand, pour la première fois il était malade, je doutais et j’avais peur.
Quand, pour la première fois il a eu mal aux dents, je doutais, je stressais.
Quand, pour la première fois je l’ai cogné ( sans le vouloir bien évidemment), j’ai beaucoup culpabilisé
Quand, de douleur il pleurait, je culpabilisais de ne pas pouvoir l’aider
Quand je m’énervais de l’entendre râler, je culpabilisais de ne pas être la mère que j’aimerais être.

A chacun de ces moments difficiles, je n’avais qu’une phrase en tête  » ça ira mieux ». A chaque coup dur, à chaque doute, à chaque angoisse, je me disais que tout allait passer, que le temps passe et que tout finit toujours par s’arranger.

Aujourd’hui encore je me le répète. Quand ça ne va pas, quand j’ai un coup de mou ou quand je n’en peux plus, je me dis que tout passe. Ca m’aide un peu, je crois. En tout cas, ça me permet de ne pas plonger.

11836865_10207235337900788_2314919199491577444_n

En ce moment, je crois que nous vivons la période la plus difficile depuis le début.

Bébé veut tout le temps marcher, c’est une vraie pile électrique. Sauf que problème : il ne sait pas marcher seul.

Donc c’est maman qui doit se plier en deux pour le faire avancer. Mon dos a mal, mes jambes ont mal, mais je le fais, pour lui. Pour qu’il puisse découvrir son monde. Parce que Bébé ne rampe pas et ne fait pas de 4 pattes non plus. Il ne se déplace pas du tout, hormis en le faisant marcher ( ou dans le trotteur).

Le moment du coucher est plus compliqué. Il râle dans son lit de loooooongues minutes avant de s’endormir, surtout pour les siestes. Pourtant, le coquin est fatigué.

Je suis donc dans une de ces périodes où je me dis beaucoup  » ça va passer, ça ira vite mieux ». J’essaie de mettre ma colère de côté avec mon stress et mon angoisse. J’essaie de me dire que ce n’est pas de sa faute, il vit, lui aussi, une période compliquée. Ca m’aide alors à relativiser et à passer ce moment. Mais non sans mal.

11817289_10207203504504973_9061714550423194404_n

Je l’aime plus que tout ce petit bout, même si ce n’est pas facile en ce moment. Et comme dit, ça ira mieux… Tout n’est qu’une question de temps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s